top of page

LAZARE ET MADELEINE

03/10 • 21h

Lazare, ressuscité, reparaît devant Madeleine. 

Au confluent du monde des morts et des vivants, deux êtres - si tant est qu'ils soient - sont confrontés à l'inconnu de retrouvailles inconcevables. Tiré d’un recueil oublié du poète symboliste Maurice Maeterlinck, cette oeuvre inclassable est créée au théâtre pour la première fois.

affiche_lazare.png

informations

texte  : maurice maeterlinck

mise en scène : pierre florac

distribution : élise de gaudemaris, emmanuel pic

durée : 1h

production : actus tragicus

note d'intention

pierre florac

Publié en 1942 dans L'autre monde ou le cadran stellaire, recueil de pensées et d'épigrammes, Lazare et Madeleine est un dialogue écrit par Maurice Maeterlinck à la fin de sa vie, tout au bout du sillage symboliste et mystique qui fut par lui tracé sur plus d'un demi siècle ; de plus en plus profond et silencieux.

Comme un feuillet perdu qu'on retrouve dans un cahier, j'ai découvert ce texte par un de ces heureux hasards au parfum de prédestination, flottant au dessus des choses et des êtres rencontrés au bon endroit au bon moment et dont on se dit : c'est ça, c'est lui ; inexplicablement.

Lazare était mort parmi les morts et le voici vivant parmi les vivants.

Il était mort et le voici devant sa soeur qui le mit froid en terre.

Comment parler ? Que faire ? Que vivre et que penser ?

Et même, qu'y aurait-il à comprendre ?

Quand la parole devient superflue, quand elle est dépassée ; quand nulle explication n'est possible à l'esprit, reste peut-être le silence. Silence qui, disait Meschonnic, n'est pas un arrêt du langage mais une catégorie du langage.

Fabien Ribery a dit des oeuvres de Claude Régy qu'elles étaient "non des spectacles, mais des cérémonies de silences, des danses avec la mort, des confrontations, en mots et corps, avec l’impossible." À l'instar de l'intéressé, je récuse la notion de cérémonie ; mais notre recherche n'est pas autre.

"La scène est un lieu voisin de la mort", disait Genet.

Ce diamant brut de Maeterlinck n'en a peut-être jamais été aussi proche.

la compagnie

actus tragicus

en savoir plus : www.pierreflorac.com

bottom of page